WEIWERS, Jean (1874-1929), langjähriger Präsident der Amicale

Jean Weiwers, alias Fãss (Faass) gilt als Gründungsmitglied des AVL und war langezeit Präsident der Amicale.

Jean Weiwers al. Faass, um 1901

Leben

Er wurde am 18/10/1874 in Neudorf geboren, sein Vater war “Eisenbahnbeamter”1. Welche Stelle genau sein Vater innehatte, geht aus dieser Angabe nicht hervor, jedenfalls wird Jean nach der 1894 am Athénée erfolgreich abgelegtem Abiturprüfung erst mal eine Stelle bei der Zollbehörde an2. Hier könnte der Vater in der Tat das Vorbild gewesen sein.
Zum Studium der Chemie nach Aachen schickt ihn wohl sein Dienstherr, wenn wir zeitgenössischen Berichten glauben dürfen. Ob der Zoll auch das doch recht kostspielige Studium (Studiengebühren, Wohnung, …) bezahlt hat? Undenkbar ist es nicht.

Als Student

Er schreibt sich 1897 an der RWTH für Chemie ein.
Er kommt also im Gründungsjahr des AV d’Letzeburger nach Aachen und ein Bericht vom Stiftungsfest von 1927 benennt ihn auch ausdrücklich als Gründungsmitglied.

Berufsleben

Als alter Herr

Er starb, als amtierender Präsident der Amicale, am 12. Feburar 1929 in Antibes, wo er ein Haus besass3.

Quellen

Nekrologie aus der Revue Technique 1/1929

Autor unbekannt.

M. Jean WEIWERS-PAUQUÉ.
Une vie pleine d’activité vient de s’éteindre: M. Jean Weiwers, docteur-ingénieur-chimiste, administrateur des Caves Pauqué et Cie, Consul d’Autriche, est mort dans sa propriété d’Antibes, le 12 février, à l’âge de 54 ans.
Né à Luxembourg en 1875, Jean Weiwers fit ses études moyennes dans sa ville natale et entra dans l’administration des douanes. Ses capacités exceptionnelles attiraient bientôt l’attention de ses supérieurs qui déterminèrent le jeune homme à poursuivre ses études. A l’Ecole polytechnique d’Aix-la-Chapelle, Jean Weiwers se révéla bientôt brillant sujet et il quitta, cette école, muni du diplôme de docteur en sciences chimiques. Sa thèse de doctorat avait pour titre: « Ueber den unvergärbaren Zucker im Wein ». Rentré dans l’administration des douanes à Luxembourg, Jean Weiwers eut à s’occuper principalement du contrôle des denrées alimentaires. Mais la routine administrative pesait à son esprit d’initiative. Au bout de quelques années, il se rendit indépendant et commença à s’intéresser intensément à la question des vins de la Moselle luxembourgeoise. L’industrie des vins champagnisés était alors à ses débuts. Jean Weiwers a contribué pour une bonne part à donner à cette industrie nouvelle un essor considérable. Ces efforts furent couronnés de succès et les vins des « Caves de la Moselle luxembourgeoise » de Grevenmacher eurent tôt fait d’acquérir une juste renommée bien au delà de nos frontières. Récemment M. Weiwers avait créé un nouvel établissement à Wellen qui fait la champagnisation des vins de la Champagne et de la Moselle, ainsi que la fabrication de cognacs par la distillation des vins de Charente. Par son caractère affable et sa bonhomie naturelle, Jean Weiwers avait acquis de très nombreuses amitiés. L’Association luxembourgeoise des Ingénieurs et Industriels perd en lui un membre dévoué et un charmant camarade.
Nous présentons à la famille de M. Jean Weiwers nos profondes condoléances.

  1. Angaben bei der Einschreibung an der RWTH []
  2. Sans titre. In: L’indépendance luxembourgeoise, nº 283 (10.10.1894), p. 3.
    [Digitised by the National Library of Luxembourg, https://persist.lu/ark:70795/tzr7nk/pages/3/articles/DTL88] :

    MM. Jean Weiwers de Neudorf et Reinhard de Hollerich, tous les deux candidats en philosophie, ont passé l’examen du surnumérarial à la direction des douanes. De 10 candidats, ils ont été les seuls admis.

    []

  3. Nekrologie aus der Revue Technique 1/1929 []

Be the first to comment

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.