MOURIS Pierre (1822-1894), Vater zweier der ersten Aachener Absolventen

Pierre Mouris, der Vater, war KEIN “alter Aachener”, aber gleich zwei seiner Söhne studierten in den allerersten Jahren des Polytechnikums in Aachen: Der gleichnamige Pierre Mouris wurde sogar der erste ausgezeichnete Diplomierte der Hochschule, der jüngere und Emile dagegen Architekt in Verviers. Wir denken, dass er damit viel für die Luxemburger in Aachen getan hat, daher fungiert er hier.

Leben

Herkunft

Der Abgeordnete und spätere Ehrenvorsitzende des Studentenvereins der Luxemburger in Aachen Léon Metz, würdigte Pierre Mouris, den Vater, 1894 bei dessen Verabschiedung aus dem Staatsdienst mit einem Vortrag, der eine kurze Lebensbeschreibung enthielt1. Wenn wir noch den von Jean-Paul Mouris zusammengestellen Stammbaum zu Hilfe nehmen, können wir hier folgendes sagen:
Demnach war Mouris ein “Sohn der Hauptstadt”; er wurde am 10. Mai 1822 in Luxemburg Stadt geboren. Seine Eltern waren der Schlosser Joseph MOURIS (1772-1827) und GILLET Anne Marie (1788-1867).
Pierre besuchte in Luxemburg Stadt die Grundschule besuchte und erwarb seine Mittelschulbildung im hauptstädtischen Athenäum. Dort gab es damals noch eine Abteilung “Industrieschule”, die später ein eigenständiges Gymnasium wurde, diese schloss er 1839 ab.
Mouris besuchte später die Hochschule im belgischen Gent, und studierte dort das Bauingenieurwesen (ingenieur civil).

Bauleiter in Diekirch

Metz versichert uns, dass er gleich nach seiner Rückkehr aus Gent in den Staatsdienst eintrat und erst mal half “die Staatsgrenzen richtig zu vermessen”.
Ab 1845 wurde er dann zum staatlichen Bauleiter für Diekirch ernannt, wo er lange wirkte. Er nahm auch zivile Ämter an. So entnehmen wir seiner Nekrologie dass er Gemeinderatsmitglied wurde und Kurator am Progymnasium von Diekirch war, welches damals noch unter der Regie des hauptstädtischen Athenäums stand, weshalb es Pro- und nicht einfach nur Gymnasium hiess. Weiter war er Mitglied der Gefängniskommission und Gründer einer Zeichenschule, welche die Schüler kostenlos besuchen durften.

Bergbau-Ingenieur

Irgendwann wurde er nach Esch versetzt, wo er sich dann mit den neu entdeckten Erzvorkommen beschäftigt haben muss, denn Metz nennt ihn als massgeblichen Beamten, der die Vorlage ausgearbeitet hätte die am 15. März 1870 Gesetz wurde und die Vergabe von Konzessionen für das Schürfen von Eisenerzen regelte2 Das von Metz genannte Gesetz enthält aber nur zwei Artikel, der zweite bestimmt, dass ein detaillierter ausgearbeitetes Gesetz noch folgen würde. Wir vermuten daher, dass in Wahrheit das Gesetz vom 12. Juni 14874 gemeint ist3. Es war dann auch 1874 wo Mouris, zunächst nur provisorisch und 1878 dann definitiv zum “Ingenieur des Mines” ernannt wurde. Er soll dabei auch die “Administration des Mines” mit aufgebaut haben. Dieser Aufstieg fiel genau in die Zeit, wo zwei seiner Söhne Pierre der Sohn und Emile kurz vor Abschluss ihrer Gymnasialzeit standen und wo die Frage im Raum stand, ob und wenn ja was, sie studieren sollten und wo! Wir denken dass es kein Zufall ist, dass beide sich für die neue Hochschule in Aachen entschieden, sondern dass Kontakte und Kenntnisse ihres Vaters diese Wahl bestimmten. Insbesondere für Pierre muss dies zutreffen, denn er entschied sich für das Hüttenwesen, dessen Entstehung durch den Erzabbau befördert wurde, bei dem der Vater ein entscheidendes Wort mit zu reden hatte.

Rentner

Mouris wurde erst im Jahre 1894 in die Rente verabschiedet, “pour cause de limite d’âge”, wie uns der Bericht über das zu diesem Anlass gegebene Festbankett aus der indépendance luxembourgeoise vom 11.Mai 1894 versichert4. Er war da also bereits 72 Jahre alt, was aus heutiger Sicht wo man in der Regel mit 65 seinen Abschied nehmen muss, etwas befremdlich wirkt. Da wir nicht im Augenblick wissen, wie genau die Ruhestandsregelung für Staatsbeamten im 19. Jahrhundert funktionierte, können wir nicht angeben, ob er nicht früher wollte oder nicht früher durfte,immerhin wurden die Menschen damals ja nicht so alt wie heute. Wir vermuten eher ersteres, denn als Mouris schon im Jahr darauf verstarb hob die Tagespresse hervor, dass er noch am Tag seines Todes sich auf seine alte Dienststelle begeben hatte um dort in “seinem Büro”, das er offenbar immer noch nutzen durfte die Zeitungen zu lesen.
Er starb an einem Schlaganfall5

Einzelnachweise aus Zeitungen

Kurzbiographien

Pierre Mouris geht in Rente 1894

Amtliches.. In: Luxemburger Wort, 1894. Jg., nº 162 (11.06.1894), p. 1.
[Digitised by the National Library of Luxembourg,https://persist.lu/ark:70795/0nk5bb/pages/1/articles/DTL39]

Amtliches.
Bergbauverwaltung. — Durch Großh. Beschluß vom 6. d. Mt. ist Herrn Peter Mouris, auf sein Gesuch, ehrenvolle Entlassung als Bergbau-Ingenieur bewilligt worden. Durch denselben Beschluß ist Herrn Mouris der Titel eines Ehren-Ingenieurs der Bergbau-Verwaltung verliehen worden.

Das Festbankett für Pierre Mouris 1894

Le Banquet offert à M. Mouris Ingénieur des Mines. In: L’indépendance luxembourgeoise, nº 131 (11.05.1894), p. 2.
[Digitised by the National Library of Luxembourg,https://persist.lu/ark:70795/0cmr9m/pages/2/articles/DTL46]

Le Banquet offert à M. Mouris
Ingénieur des Mines

à l’occasion de sa retraite pour cause de limite d’âge, avait réuni dans la grande salle du restaurant Lentz les industriels du bassin minier et les exploitants de carrières au nombre de 60 environ.

Nous indiquons ci-dessous les personnes qui avaient envoyé leur adhésion. Quelques-unes seulement ont été empêchées d’assister au banquet.

  • Esch MM. H. Muller, Kroll, Peeters, O Thiry, A Thiry, F. Mineur, Léon Metz, Meder, Guill. Franck, Tabary, Koch.
  • Dudelange MM. Meyer, Heimann.
  • Rumelange MM. Chandelon, Schmit-Barthel, Collin-Cockerill, J. Berens, Nic. Duren, Hoffmann, Ch. Hoffmann, Louis Renson, Boever-Mettlock, GönnerNau, Charles Limpach.
  • Differdange MM. de Gerlach, Camille Marc, Nic. Putz, Kolbach, Reuter.
  • Pétange MM. Gérard, Indorff, Linden.
  • Rodange MM. Hardt, Henquenbrandt, Meris.
  • La Sauvage M. Souvairan.
  • Longwy M. de Saintignon.
  • Tresson M. Léon Pugls.
  • Villerupt MM. Ferry, Van der Maesen.
  • Hussiyny MM. Caron, Palgen.
  • Gorcy M. Reblé.
  • Arlon MM. Becker, Wavre.
  • Audun M. Schneider.
  • Grevenmacher M. Wengler.
  • Aubange M. Noël.
  • Luxembourg MM. Emile Servais, Rodange, ingénieur en chef de Travaux publics, Aug. Wolff, Ch. Dupont, J.-B. Dupont, A. München, Klensch, Charles Deloos, Alexis Brasseur, Ch. Schneider, Pierre Mouris, Emile Mouris, Etienne Mouris.

M. Mouris présidait la table. Il avait à sa droite MM. Muller, directeur des minières de la société de Sarrebruck, Peters, représentant des Hauts-Fourneaux luxembourgeois, Caron, directeur des minières à Hussigny, etc., etc.;

à sa gauche M. Meyer, directeur des usines à Dudelange, M. Rodange, ingénieur en chef, M. Emile Servais, ingénieur-industriel et conseiller communal de Luxembourg.

En face: MM. Léon Metz, député, Chandelon, directeur des Hauts-Fourneaux de Rumelange, Emile Mouris, Jean-Pierre Scharff, directeur des Hauts-Fourneaux de Rodange, Dupont, directeur des chemins de fer Prince-Henri, Pierre Mouris, ingénieur, Palgen, directeur des Hauts-Fourneaux de Godbrange.

Le Menu était composé comme suit:

  • potage Oxtail
  • Grand vol-au-vent
  • Saumon au beurre
  • Pommes de terre nouvelles
  • Selle de mouton à la jardinière
  • Galantine de dinde truffée
  • Punsch à la romaine
  • Suprême de Poularde à la reine
  • Gigue de chevreuil sauce chasseur
  • Salade laitue
  • Ecrevisses en buisson
  • Glace — Gâteaux Dessert

VINS:

  • Wormeldange 1889
  • Gaseler 1884
  • Bordeaux: St-Julien 1883
  • Rhin: Schloss Boeckelheimer
  • Bourgogne: Corton
  • Champagne: Moët et Chandon

La musique militaire jouait ses meilleurs morceaux pendant le banquet.

Au dessert, M. Léon Metz, député, se lève et prononce le discours suivant:

C’est comme représentant de la société, qui la première, a exploité les minières dans le Grand-Duché, que je prends la parole pour venir retracer aussi brièvement que possible la carrière laborieuse, de celui que nous fêtons aujourd’hui.

M. Mouris est un enfant de la capitale de notre chère patrie; il y a fréquenté les écoles primaires et l’Athénée, dont il est sorti en 1839, avec le diplôme de capacité de l’école industrielle.

Il termina ses études à l’école du génie civil, annexée à l’université de Gand. En revenant au pays, il entra dans l’administration des travaux publics.

Dés l’année suivante, il fut attaché aux travaux d’abornement des frontières.

En 1845, il fut nommé conducteur des travaux publics avec résidence à Diekirch. Lors de la préparation de la loi du 15 mars 1870, concernant la concessibilité des gisements miniers, M. Mouris fut délégué pour faire les travaux qui s’y rattachaient.

Il coopéra aux travaux de la délimitation et à l’organisation de l’administration des mines.

Il fut nommé provisoirement ingénieur des mines, le 22 avril 1874.

Ces importantes fonctions lui furent définitivement confiées, le 3 août 1878. En vous citant quelques chiffres, vous vous rendrez compte, Messieurs, de l’importance toujours croissante du service, dirigé par M. Mouris.

En 1868, toutes les exploitations à ciel ouvert produisaient avec 1933 ouvriers, 722,000 tonnes de minerai.

La loi autorisant l’exploitation souterraine a été promulguée en 1874; à cette époque, le nombre des ouvriers aux minières était de 2913, produisant 1,442,000 tonnes.

Enfin, l’année dernière, 3,371,000 tonnes ont été produites par 4277 ouvriers.

Malgré l’augmentation considérable de la besogne, nous avons toujours trouvé notre ami s’adonnant, avec une égale intégrité et bienveillance envers tout le monde, à l’exercice souvent très difficile et délicat de sa mission.

Qui de nous n’a eu recours aux connaissances de M. Mouris ? Il s’est toujours fait un grand plaisir de nous aider de ses sages conseils.

Les services éminents rendus à son pays, par M. Mouris, furent reconnus par le souverain, qui le nomma chevalier de la couronne de chêne, le 21 avril 1875, et officier du même ordre, le 19 février 1890.

Mais Messieurs, notre ami n’était pas seulement un bon et zélé fonctionnaire, il consacra son temps disponible à venir en aide à ses concitoyens.

Durant son séjour à Diekirch, il fit partie du conseil communal, il était membre de la commission des écoles, curateur du progymnase, membre de la commission des prisons; il fonda et dirigea une école gratuite de dessin, il y sacrifiait ses jours de repos.

Durant les 27 années qu’il a habité Diekirch, il a toujours été appelé à tous les postes qui réclamaient du dévouement, de l’abnégation et du travail.

En 1866, lors de la terrible épidémie du choléra, qui fut si effrayante à Diekirch, nous le trouvons encore sur la brèche, quand tant d’autres fuyaient affolés; il organise un hôpital, un service d’hygiène, ne se ménageant pas, ne pensant pas à sa propre santé, faisant tout cela par amour du devoir et pour l’humanité.

Je ne vous parlerai pas du père de famille; tous nous savons avec quelle sollicitude il présida à l’éducation de ses enfants; la vénération dont ses fils l’entourent en est la preuve incontestable.

Il n’y a donc pas lieu de s’étonner de voir autant de monde, aussi bien des pays voisins que de notre petite patrie réunis autour de cette table pour témoigner nos regrets de voir notre ami, M. Mouris, quitter son poste qu’il a si dignement rempli durant de longues années.

Messieurs, vidons nos verres à la santé de M. Mouris, et espérons que nous aurons encore longtemps le plaisir de le conserver au milieu de nous.

Après M. Léon Metz, M. Mouris se lève et remercie en termes émus l’assemblée.

Puis M. Servais prend la parole et dit que M. Mouris a créé une administration qui satisfait tout le monde.

M Rodange prend ensuite la parole.

M. Emile Mouris, ingénieur-architecte à Verviers, remercie les assistants pour la fête si cordiale qu’ils ont offerte à M. Mouris et à laquelle ils ont tenu à associer sa famille.

M. Souvairan (La Sauvage), M. Caron, M. München, ingénieur et conseiller communal de Luxembourg, ont pris la parole.

M. Pierre Mouris fils, ingénieur civil à Luxembourg, relève le fait que son père a été un ami de Dicks et de Lentz; qu’il a toujours aimé passionnément la littérature luxembourgeoise.

Les convives étaient enchantés du service pendant le banquet que M. Lentz, propriétaire du restaurant Faber, avait organisé avec beaucoup d’intelligence.

La fête s’est prolongée jusque dans dans la soirée. On formait cercle autour du jubilaire qui, de sa voix chaude et sympathique, a chanté quelques-uns des vieux airs luxembourgeois.

Dés le matin, MM. les fonctionnaires de l’administration des mines de l’Etat ont offert à M Mouris un magnifique bronze, qui représente un forgeron se reposant de ses labeurs.

L’Indépendance luxembourgeoise s’associe de tout coeur aux hommages rendus à M. Mouris.

Nachruf seiner Leibzeitung 1895

Sans titre. In: L’indépendance luxembourgeoise, nº 145/146 (25.05.1895), p. 3.
[Digitised by the National Library of Luxembourg, https://persist.lu/ark:70795/f97ps0/pages/3/articles/DTL74]

Nécrologie. — Une figure des plus sympathiques vient de disparaître subitement. Pierre Mouris, ingénieur honoraire des mines, a succombé à un coup d’apoplexie, hier dans l’après-midi, à l’àge de 73 ans.
On peut dire de Mouris qu’il est mort sur la brèche, car dans la matinée il s’était encore rendu à son bureau au Gouvernement; dans l’après-midi, en lisant son journal, il avait senti des faiblesses et quelques heures plus tard, ce noble vieillard s’est éteint.
Mouris était un de ceux qui se sont fait eux-mêmes leur position, qui ont travaillé depuis le commencement jusqu’à la fin.
Il est né à Luxembourg et c’est dans cette ville qu’il a fait ses études. En 1839, il est sorti de l’école industrielle avec le diplôme de capacité.
Après avoir terminé ses études à l’université de Gand, il entra dans l’administration des travaux publics.
En 1845, il fut, nommé conducteur à Diekirch; dans cette ville, Mouris est comblé d’honneur; il devient conseiller communal, curateur du progymnase, membre de la commission des prisons, membre de la commission des écoles, etc., etc. Délégué à Esch, en 1870, Mouris a été nommé, en 1874, ingénieur provisoire des mines à Luxembourg et en 1878, ce titre lui est conféré définitivement.
Durant ces longues années que nous avons connu M. Mouris, il n’a jamais perdu pendant une seule minute la gaieté qui le caractérisait. Il était entouré d’une grande vénération aussi bien de la part de ses enfants et amis que de ses subordonnés.
Les membres de l’Union dramatique se souviendront certes longtemps du toast qu’il venait leur porter, chaque année à la St-Sylvestre, sur le coup de minuit. Mouris était, en effet, le plus ancien membre, en même temps le plus âgé.
Ses mérites avaient été également reconnus en haut lieu, et en 1890 il fut élevé au grade d’officier de la couronne de chêne.
Les obsèques de M. Mouris auront lieu dimanche.
Qu’il repose en paix.

Seine Familie

Informationen über die Kinder

Civilstand der Stadt Diekirch. In: Wächter an der Sauer, unknown. Jg., nº 47 (11.06.1851), p. 4.
[Digitised by the National Library of Luxembourg, https://persist.lu/ark:70795/3pc921/pages/4/articles/DTL45]

Civilstand der Stadt Diekirch
Monate Mai
Geburten. Vom (…) 20. (Mai): Joh. Pet. Jos., S. v. Pet. Mouris, Bau-Condukteur.

In: Wächter an der Sauer, unknown. Jg., nº 11 (05.02.1853), p. 4.
[Digitised by the National Library of Luxembourg, https://persist.lu/ark:70795/scp3pt/pages/4/articles/DTL38]

20 Johann Georg Emil, S. v. Peter Mouris, Bau-Conducteur.

Geburten. In: Wächter an der Sauer, unknown. Jg., nº 89 (07.11.1857), p. 4.
[Digitised by the National Library of Luxembourg, https://persist.lu/ark:70795/fd5scz/pages/4/articles/DTL68]

Civilstand der Stadt Diekirch.
Geburten
2. Oktober: Nikolas, S. v. Mathias Kneip. Taglöhner; 3.: Maria Leonie, T. v Franz Kellen. Gutsbesitzer; 3.: Bernard, S. v. Peter Funck. Wagner 11,: Anna Maria, T. v. Franz Julien Heck, Friedensrichter; 12: Margaretha. T. v. Pet. Bauler, Schreiner; 14.: Wilhelm, S. v. Maximilian Hamen, Wagner; 17.: Karl Johann Georg. S. v. Peter Mouris, Bauconducteur;

Geburten.. In: Wächter an der Sauer, unknown. Jg., nº 30 (12.04.1862), p. 3.
[Digitised by the National Library of Luxembourg, https://persist.lu/ark:70795/sbdtnj/pages/3/articles/DTL66]

Geburten.
4. März Stephan, S. v. P. Mouris, Bauconducteur

Die Nachfahren des Etienne Mouris

Heirathen.. In: Luxemburger Wort, 1896. Jg., nº 265 (21.09.1896), p. 3.
[Digitised by the National Library of Luxembourg, https://persist.lu/ark:70795/mk3h84/pages/3/articles/DTL76]

Stephan Mouris Dekolationsmaler, mit Margaretha Viktorine Maret.

Civilstand der Stadt Luxemburg.. In: Obermosel-Zeitung, 17. Jg., nº 94 (23.11.1897), p. 3.
[Digitised by the National Library of Luxembourg, https://persist.lu/ark:70795/cbjfg1/pages/3/articles/DTL52]

Civilstand der Stadt Luxemburg.
Geburten. Vom 14. Nov.: (…) 18.: Viktor. S. v. Stephan Mouris, Dekorationsmaler.

Sterbefälle:. In: Luxemburger Wort, 1911. Jg., nº 160 (09.06.1911), p. 3.
[Digitised by the National Library of Luxembourg, https://persist.lu/ark:70795/pmgtb9/pages/3/articles/DTL111]
Sterbefälle:

Vom 3. Juni:(..) Etienne Mouris, alt 49 Jahre, Dekorationsmaler.

Ableben der Eheleute

Sans titre. In: L’indépendance luxembourgeoise, nº 152/153 (01.06.1895), p. 2.
[Digitised by the National Library of Luxembourg, https://persist.lu/ark:70795/178kbw/pages/2/articles/DTL72]

Décès: Du 24 mai: Pierre Mouris, âgé de 73 ans, ingénieur honoraire des mines.

Décès:. In: L’indépendance luxembourgeoise, 32. Jg., nº 117 (20.05.1904), p. 3.
[Digitised by the National Library of Luxembourg, https://persist.lu/ark:70795/1tmvdx/pages/3/articles/DTL130]

Du 16: Eve-Joséphine Hamelius, âgée de 77 ans, veuve de Pierre Mouris, ingénieur honoraire des mines pensionné;

Weblinks


Fussnoten

  1. In: L’indépendance luxembourgeoise, nº 131 (11.05.1894), p. 2. []
  2. Text des Gesetzes unter : https://legilux.public.lu/eli/etat/leg/loi/1870/03/15/n1/jo []
  3. https://legilux.public.lu/eli/etat/leg/loi/1874/06/12/n1/jo []
  4. L’indépendance luxembourgeoise, nº 131 (11.05.1894), p. 2. []
  5. indépendance luxembourgeoise, nº 145/146 (25.05.1895), p. 3. []