MARTHA, Charles (1854-1885), starb durch einen Arbeitsunfall

Charles Martha war Sohn eines berühmteren Vaters, früher Student der Aachener Hochschule und starb durch einen Arbeitsunfall.

Leben

Herkunft

Charles Martha wurde am 29/07/1854 in Luxemburg geboren. Sein Vater war der Gymnasiallehrer am Athenaeum und Mitbegründer der Sparkasse Nicolas Martha nach dem heute eine Strasse in Luxemburg benannt ist. Der Professor war bereits zu Lebzeiten eine Legende, bei Charles Beerdigung nannte dessen Grabredner Joseph Simons den, sicherlich anwesenden Vater “l’éminent professeur, notre maître à tous.”.
Natürlich erwarb er seine Mittelschulbildung dann auch am städtischen Athenäeum, im Jahre seines Abschlusses 1873 meldete die indépendance luxembourgeoise sogar, dass er den ersten Preis der Abteilung Industrieschule gewonnen hätte. Diesen Erfolg erreichte er ganz ohne Zweifel mit der Unterstützung von, oder angetrieben durch seinen Vater, Simons meinte “il s’adonna aux sciences sous la direction spéciale de son père“.
Dennoch fehlt sein Name 1893 auf der Liste Gredt1. So hoch ausgezeichnet wie er war, glauben wir allerdings nicht, dass er die Prüfung nicht bestanden hatte, möglicherweise galt diese Abteilung noch nicht als vollwertig, weshalb Gredt sie in seiner Liste wegliess, denn es fehlen noch viele weitere.

Student in Aachen

Laut Auskunft des Hochschularchivs schrieb sich Martha fürs Wintersemester 1874/75 am Polytechnikum ein. Hier fehlt also ein Jahr. Freilich sind die Informationen im Hochschularchiv (zur Zeit noch) lückenhaft, es fehlt auch die Angabe des Studienfaches. Dies dürfte Chemie oder die Hüttenkunde gewesen sein, denn Martha schloss sich dem Verein der Chemiker und Hüttenleute an. Die Liste weist ihn als im WS 1873/74 aktives Mitglied aus. Hat er sich erst mal ein Jahr in Aachen sich umgesehen, bevor er sich einschrieb?
Er ist hier in Gesellschaft vieler weiterer Luxemburger, allein in dem Semester waren noch Burggraff, de Muyser, Fischer, Kintzlé und Sonntag in dem Verein aktiv.

Letztmalig verzeichnete die Hochschule eine Einschreibung für 1877/78, danach dürfte er da abgeschlossen haben. Auf der Liste Roth steht sein Name allerdings nicht.2

Berufsleben

Als Martha sich ins Berufsleben stürzte, gab es die meisten Hüttenwerke in Luxemburg noch nicht. Er arbeitete zunächst im damals deutschen Hayange in Lothringen als Chemiker für die Familie de Wendel.
Er wechselte dann aber schnell nach Rumelange, wo er den Posten eines Sous-Directeurs bekam (heute würde man beigeordneter Direktor sagen, damals noch “Unter-Direktor”).
In der Zeit zog er nach Ottange, was seine Beliebtheit unter den französischen Arbeitern erhöht hätte, wie die Indépendance berichtete.

Tod durch einen Arbeitsunfall

Charles Martha wurde nicht alt! Am 13. Mai 1885 inspizierte er einen Hochofen in Rumelange. Dabei kam es zu einem Ausbruch der des flüssigen Roheisens, das sich auf ihn und drei Arbeiter ergoss. Er erlitt starke Verbrennungen und brach sich ein Bein. Zunächst glaubte man, er wäre nicht so stark verletzt, aber nach zwei Tagen starb er.
Er wurde unter grosser Anteilnahme beerdigt, der Ingenieur Joseph Simons, vermutlich identisch mit dem Abiturienten des Athénée von 1855/56, hielt die Grabrede.

Wirkungsgeschichte

Martha starb, noch bevor der erste Luxemburber Studentenverein, die Orano-Luciliburgia 1886 und erst recht der A.V. d’Letzeburger und der Ingenieurverein 1897 gegründet wurden, so fand er keinen Eingang in deren Listen und fand keinen Eingang in die Erinnerungskultur, wie etwa sein Zeitgenosse Pierre Mouris, oder Kinztlé. Höchstwahrscheinlich schwand die Erinnerung an ihn schnell, so dass sein Einfluss auf unsere Geschichte nicht nachzuweisen ist, was aber nicht heisst, dass er keinen hatte.
Im Gegenteil, da sein Vater der hochgeschätzte Lehrer am Athenäum war, dürfte, zumindest solange Charles lebte seine Wahl der Hochschule Vorbild für andere gewesen sein. Auch damals schon würdigten die Eltern bei der Frage was ihre Kinder nach dem Abitur machen sollten, nicht einfach nur blind die Empfehlungen der Lehrer, sondern schauten sehr genau hin, wo diese ihre eigenen Kinder hinschickten.

Einzelnachweise

Geburt

ÉTAT-CIVIL DE LA VILLE DE LUXEMBOURG.. In: COURRIER DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG., 11. Jg., nº 52 (01.07.1854), p. 4.
[Digitised by the National Library of Luxembourg, https://persist.lu/ark:70795/69hk3x/pages/4/articles/DTL42]
ÉTAT-CIVIL DE LA VILLE DE LUXEMBOURG.

Naissances .-Déclaration du 24 juin, Anne Schmidt;
— 25, Marie Habé, Bernard Bintner, Barbe Ernsdorff, Pierre Schmit;— 27, Jean-Pierre-Prosper Mullendorff; — 28, Anne Rollinger ; — 29, Marguerite Anensdorff; — Perpète-Joseph-Charles Martha, Auguste Stockener, Jacques Willibrod Grob.

Mittelschulzeit


ECOLE INDUSTRIELLE.. In: L’indépendance luxembourgeoise, nº 228 (19.08.1873), p. 2.
[Digitised by the National Library of Luxembourg, https://persist.lu/ark:70795/xwbf2d/pages/2/articles/DTL64]

ECOLE INDUSTRIELLE.
Ire CLASSE. – 1 élève. Martha Charles, de Luxembourg; Prix d’anglais (229); de géométrie analytique (208); de géométrie descriptive (209); de minéralogie (197); de géologie (98); de physique (208); de chimie générale (197); de manipulations chimiques (197), et de dessin (218). Accessit en français (190), et en calcul différentiel (186).

Unfalltod


Sans titre. In: L’indépendance luxembourgeoise, nº 139 (19.05.1885), p. 2.
[Digitised by the National Library of Luxembourg, https://persist.lu/ark:70795/dfxtn4/pages/2/articles/DTL63]

On écrit d’Ottange, 13 mai, à la Gazette de Lorraine: Un terrible accident vient d’arriver à M. Charles Martha , directeur des forges d’Ottange et de Rumelange, ainsi qu’à sou cocher, M. Pierre Eck. M. Martha s’était rendu comme d’habitude ce matin, entre 9 et 10 heures, à Rumelange pour inspecter les forges. En visitant la fonte dans le fourneau, celle-ci a jailli dehors, et il s’est brûlé la jambe, ainsi que tout le devant du corps, puis il s’est cassé une jambe. M. le Dr Flesch a été appelé immédiatement pour lui donner sur place les premiers soins. Son cocher a reçu également quelques brûlures légères. M. Martha a été ramené vers midi à son domicile, à Ottange, où il occupe les mêmes logements que M. Lamotte habitait autrefois. Cet accident a fortement attristé notre population, d’autant plus que M. Martha , depuis qu’il habite Ottange, est bien aimé dans le pays lorrain. M. Martha était autrefois et pendant longtemps chimiste chez MM. de Wendel à Hayange.

Sans titre. In: L’indépendance luxembourgeoise, nº 136 (16.05.1885), p. 2.
[Digitised by the National Library of Luxembourg, https://persist.lu/ark:70795/nxh0gg/pages/2/articles/DTL67]

Rumelange, 14 mai. — Hier soir, vers 9 1/2 heures, la fonte sortit inopinément du fourneau, et la masse ardente lançait de tous côtés des gerbes de feu. L’ingénieur, M. Martha , fut lancé à côté, en suite de la forte pression de l’air et eut la jambe gauche cassé. M. Martha ainsi que trois ouvriers ont reçu des brûlures plus ou moins graves, mais non dangereuses. L’échafaud en bois qui sert à charger, a été complètement détruit par le feu. Le dommage est assez important.

Sans titre. In: L’indépendance luxembourgeoise, nº 137/138 (17.05.1885), p. 3.
[Digitised by the National Library of Luxembourg, https://persist.lu/ark:70795/6nzfsk/pages/3/articles/DTL61]

Luxembourg, 16 mai. — Nous apprenons que M l’ingénieur Martha, directeur des hauts-fourneaux de Rumelange, est mort la nuit passée des suites des blessures qu’il avait reçues lors de l’accident dont nous avons parlé. M. Martha avait devant lui une brillante carrière. Cette mort prématuré est un coup bien cruel pour sa famille. Nous leur exprimons nos condoléances les plus sincères.

Beerdigung mit Grabrede

Nouvelles locales.. In: L’indépendance luxembourgeoise, nº 141 (21.05.1885), p. 2.
[Digitised by the National Library of Luxembourg, https://persist.lu/ark:70795/qh0qb0/pages/2/articles/DTL43]
Nouvelles locales.
M. Joseph Simons a prononcé lundi le discours suivant sur la tombe de M. Ch Martha :

Wohlthätig ist des Feuers Macht,
Wenn sie der Mensch bezähmt, bewacht,
Und was er bildet, was er schafft,
Das dankt er dieser Himmelskraft ;
Doch furchtbar wird die Himmelskraft,
Wenn sie der Fessel sich entrafft,
Einhertritt auf der eignen Spur,
Die freie Tochter der Natur. –

— Ces vers3 m’obsèdent depuis trois jours, depuis le moment où la nouvelle de la catastrophe qui devait trouver son dénoûment à cette tombe est venue comme le son du tocsin jeter l’épouvante dans nos Ames.
Et pourtant la génération à laquelle appartenait le poëte n’avait aucune idée de ces engins immenses, qui sont la gloire et la richesse de notre pays, mais qui cachent aussi dans leurs noirs flancs la dévastation et la mort.
La science les a inventés, la science les manie et les rend tributaires de la fortune publique, elle les guide et les surveille, elle les assujettit au service de l’humanité, mais comme la fauve domptée les éléments asservis ont leurs velléitées de cruelle révolte et dans un duel incessant entre l’intelligence de l’homme, d’une part, et les forces de la nature, de l’autre part, il y a alternativement des jours de victoire et de défaite.
— Nous le savons, nous ingénieurs, qui sommes venus au complet pour rendre aujourd’hui les derniers honneurs à un vaillant lutteur tombé sur le champ du travail, c’est-à-dire de l’honneur, victime de son courage et de son dévoûment.
Avec nous sont venus les hommes qui marchent à la tête de l’industrie du pays; derrière eux, pas les moins émus, les travailleurs qui prêtent la force de leurs bras à la réalisation de nos idées.
Pour les uns c’est un collaborateur intelligent et zélé, pour les autres un camarade bon et aimable, pour les derniers un chef bienveillant et juste qu’on va coucher dans sa demeure dernière.
Et tout autour de nous une foule compacte et sympathique; ce sont ses concitoyens qui apportent ici leur tribut de regrets et de haute estime à l’un des meilleurs d’entre eux.
Charles Martha fit ses humanités au collège de notre ville, où il s’adonna aux sciences sous la direction spéciale de son père, l’éminent professeur, notre maître à tous.
Il fit des études spéciales sérieuses à l’école polytechnique d’Aix-la-Chapelle et entra dans la vie pratique dans la maison de Wendel.
Jeune encore il fut nommé sous-directeur au fourneau alors unique de Rumelange.
Le directeur étant venu à quitter, la jeunesse de Martha fit hésiter un instant ses patrons à lui confier la direction, mais ils espéraient trouver une compensation dans son expérience déjà grande pour son âge et dans son dévouement dont on avait déjà eu des preuves. La confiance prévalut sur les hésitations.
Peu de temps après mes amis conçurent l’idée de profiter des avantages que présentait cette vallée et de créer, avec l’adjonction des usines d’Ottange un groupe sidérurgique important.
Cette fois encore, la jeunesse du directeur fat discutée, son mérite pesé, et cette fois encore la confiance prévalut, et s’il y a une consolation pour les grandes pertes, comme celle que nous déplorons en ce moment, que mon témoignage solennel, que jamais on n’eut à regretter cette décision en soit une.
Martha dont le coeur était accessible aux grandes idées s’enthousiasma pour la nouvelle mission qui allait si inopinément lui incomber. Il lui voua tout ce qu’il avait de force et d’intelligence, il ne vécut plus que pour rs réalisation. Pourtant les difficultés étaient grandes, et grande fut la somme de travail et de persévérance qu’il fallut dépenser pour mener à bonne fin une oeuvre aussi importante.
C’est dans ces circonstances qu’on put le mieux apprécier Martha. Il se montra du coup à la hauteur de sa difficile mission. Toutes ses qualités apparurent. Laborieux, intelligent, embrassant de haut d’un regard clair l’ensemble sans négliger les détails, toujours à la recherche du mieux, discutant avec calme et cherchant à persuader avec des formes amiables, se rangeant de bonne grâce quand son opinion ne prévalut point, s’identifiant avec les intérêts qu’il avait épousés, devenant l’ami de ses chefs et de ses subordonnés sans manquer jamais de déférence envers les uns ni d’autorité vis-à-vis des autres, Martha sut conquérir l’estime et la sympathie de tous, et si cette splendide usine s’est taillée vaillamment sa place dans l’industrie continentale et est entrée fièrement en lice dans la concurrence européenne, le regretté défunt en a une large part et tant qu’une gerbe de fumée couronnera les collines de Rumelange, son nom y sera redit avec de respectueux regrets.
Mais si Martha était de ceux qui ne croient pas devoir marchander leur travail s’il s’identifiait avec son oeuvre et ses promoteurs; il n’était pourtant pas de la trempe des gens qui croient, quand ils vendent leurs services, devoir livrer leur conviction par dessus le marché. Certes il était heureux et fier d’être devenu si jeune quelque chose, mais il tenait à être et à rester quelqu’un, et il le fut jusqu’à la mort.
Ses convictions étaient fermes, sa pensée s’était éclaircie et dégagée de l’ornière. Il avait le culte de l’indépendance dans son esprit et sauvegardait sa liberté avec un soin jaloux. Un jour placé entre ses convictions et sa position, il opta fièrement pour les premières, sans ostentation, comme les honnêtes gens sont simplement honnêtes, ne soupçonnant même point qu’ils pussent être autrement.
Mais cette liberté qu’il revendiquait pour lui, il l’accordait de grand coeur aux autres, et le respect de soi-même avait chez lui comme corrollaire obligé celui des convictions d’autrui. Cette tendance de tolérante justice qui était une qualité de son esprit, était puissamment secondée par la bonté naturelle de son coeur. Naturellement bienveillant, il exaltait cette partie de ses devoirs professionnels qui lui imposaient l’humanité envers ses ouvriers.
Il avait un soin incessant pour leur bien-être ne mangeant que le pain de leur cantine pour être sûr qu’ils n’étaient pas trompés. Sa mort même est une preuve et hélas, une suite de cette disposition de son individualité; il fut le premier au danger, en fut le plus gravement atteint , et quand les médecins vinrent lui donner les premiers soins, il exigea impérieusement qu’ils s’occupassent d’abord du pauvre ouvrier blessé à ses côtés.
Et maintenant , Messieurs, que reste-t-il de ce jeune homme plein de vigueur, d’intelligence, de tontes ces qualités, de cet avenir brillant? Hélas, il a fallu une seconde pour tout détruire et tout anéantir.
Encore un instant, encore une glèbe qu’une main amie va lancer sur ce cercueil et nous allons retourner à nos labeurs , emportant dans notre coeur un doux souvenir de celui qui fut un homme de bien, et un enseignement pour nous mêmes tiré de l’exemple qu’il a su nous laisser.
Mais qu’est l’émotion toute âpre qu’elle soit que nous ressentons, en comparaison de l’immense douleur que ce décès à la fleur de l’âge inflige à ceux qui lui sont proches!
Que dire à cette mère pleurant un enfant adoré, que dire à ce père, qui voit s’anéantir l’espoir de sa vie entière , celui de se sentir revivre dans un tel fils, auquel il avait avec la science , inculqué ses inébranlables principes de droiture et d’honneur.
Devant ces grandes infortunes, il sied de s’incliner avec un muet respect, et de former tout bas le seul voeu permis , celui que le temps adoucisse la peine et que le destin qui vient de frapper si cruellement ces malheureux parents leur réserve une large compensation dans le bonheur des enfants qui leur restent.
Adieu Martha.
Adieu au nom de tes chefs, adieu au nom de tes camarades, adieu au nom de tous, Adieu!

Weblinks

  1. L’Athénée de Luxembourg. V. Bück et L. Bück succ., 1893, XI. — Relevé des élèves qui ont passé l’examen de maturité. in “ATHÉNÉE DE LUXEMBOURG DE 1839 à 1889 []
  2. Dies war auch ein Grund weshalb wir seine Existenz auch lange ignorierten, obwohl uns der vertraute Nachname auf der Liste des VChH aufgefallen war. Bei unseren Nachforschungen 1996 fanden wir aber nur einen Studenten Martha aus Arlon, der später studierte []
  3. Auszug von Friedrich Schillers “Lied von der Glocke”, siehe: https://www.friedrich-schiller-archiv.de/inhaltsangaben/das-lied-von-der-glocke-zusammenfassung-friedrich-schiller/ []